Plural Security in Tunis Any non-state alternatives to fill the security “void”?

Organization: Conflict Research Unit of Clingendael Institute

Ce projet, financé par l’Organisation Néerlandaise pour la Recherche Scientifique (NWO), vise à encourager une politique et une pratique efficace de la sécurité et de l’état de droit en produisant des observations empiriques sur la façon dont les structures de gouvernance locale pourraient interagir avec les prestataires de sécurité plurielle de manière à livrer de meilleurs résultats pour les résidents urbains. Cette approche privilégie une perspective bottom-up, en contestant une sécurité internationale et une assistance à l’état de droit centrées sur l’État ainsi que les décideurs politiques locaux à mieux interagir avec des modes de prestation de sécurité considérés comme légitime, efficace ou du moins disponible par la population. Pour plus de renseignements, veuillez consultez le site www.pluralsecurityinsights.org. Une étude comparative a été conduite dans trois milieux urbains: Beyrouth, Liban ; Nairobi, Kenya ; et Tunis, Tunisie. Ces villes sont caractérisées par différents degrés de pluralisme sécuritaire, des niveaux de développement humain inégaux, des trajectoires historiques distinctes de formation de l’État et divers schémas de clivages sociaux. À ce titre, elles reflètent un éventail de facteurs contextuels et un microcosme d’un ensemble global. Les réflexions tirées des études de cas individuelles informeront l’élaboration des agendas de recherche préliminaire ainsi que des recommandations pour les décideurs politiques afin de répondre plus efficacement aux défis sécuritaires dans les milieux urbains.

Subscribe to our monthly newsletter